Suivre les déversements d’eaux usées non traitées dans le milieu naturel est primordial et obligatoire. La directive européenne du 21 mai 1991 relative au traitement des eaux usées urbaines a ainsi fixé des prescriptions minimales européennes pour l’assainissement collectif des eaux usées domestiques.

En France, c’est l’arrêté du 21 juillet 2015 qui a défini les dispositions régissant l’autosurveillance des systèmes de collectes et de traitement des réseaux d’assainissement. Ces contraintes réglementaires et les exigences en terme de performance des services imposent des équipements de télégestion de plus en plus nombreux, avec à la clef, un volume croissant de données à traiter pour assurer un suivi effectif de la performance.

 

 

La mise en place de l’autosurveillance et du diagnostic permanent posent des problématiques multiples dans la traduction de l’information brute en information exploitable pour la réglementation. Les services sont aussi confrontés au traitement des données provenant de sources multiples : des mesures télé-gérées disponibles sur plusieurs supervisions, au travers de plusieurs interfaces, des fichiers Excel, etc. La donnée doit également être validée comme étant cohérente, et ensuite ressaisie dans un outil pour générer les fichiers au format réglementaire SANDRE. Cela représente une somme de travail et des risques d’erreurs conséquents pour les services.

 

Sur les systèmes de collecte, tous les déversoirs d’orage, trop-pleins de poste de relevage et selon les ouvrages, les charges de pollution déversées doivent être suivis. Cela représente, en ajoutant la pluviométrie, entre 3 et 8 indicateurs par ouvrage.

Chaque station possédant plusieurs points réglementaires, jusqu’à 50 indicateurs doivent parfois être remontés, sans compter la gestion des points logiques et le suivi des milieux récepteurs…

 

Une ville fictive de 50 000 habitants avec 1 station d’épuration, 45 postes de relevage, et 40 déversoirs d’orage dont 8 supérieurs 10 000 EH représente ainsi environ 350 indicateurs à récupérer, valider et agréger au quotidien pour être en conformité avec la réglementation !

 

 

Des outils peuvent aider les exploitants à suivre tous ces indicateurs. Le tableau de bord Assainissement de FluksAqua permet de regrouper toutes les données du réseau de collecte sous une même application web simple d’utilisation et accessible à toutes les personnes concernées dans le service, quelle que soit la taille de la collectivité.  Il facilite le flux des données pour les transformer automatiquement au format réglementaire, via des tableaux de bords prêts à l’emploi conçus avec les retours d’expérience d’utilisateurs pour suivre le fonctionnement des ouvrages. Cela permet un gain de temps et une fiabilité accrue en éliminant les temps de ressaisie, l’outil servant à l’exploitation et aux rapports réglementaires. La mise en place de test sans engagement est réalisable sur simple demande.

 

L’application est co-construite avec des collectivités pilotes, pour intégrer l’intelligence métier et répondre aux besoins en faisant progressivement évoluer le produit. Les collectivités Ardenne Métropole et Vire Normandie partageront leurs retours d’expérience à l’occasion du Carrefour de l’Eau qui se tiendra à Rennes les 29 et 30 janvier 2020. Rendez-vous à 18h le 29 janvier pour les écouter, ou sur le stand 4-340 pour rencontrer notre équipe.