La question des lingettes et des importants dégâts causés par celles-ci sur les infrastructures de traitement de l’eau est un sujet de discussion récurrent sur le forum d’entraide FluksAqua. Cela nous a incités à examiner de plus près cette question. Zoom sur ces petits carrés de coton qui donnent des maux de tête aux gestionnaires des eaux usées dans le monde entier.

Avec un chiffre d’affaires de 12,2 milliards d’euros (et ça grimpe!), l’industrie des lingettes est basée sur un produit d’abord conçu pour l’hygiène des bébés, mais qui est maintenant considéré comme essentiel pour différents besoins…

FluksAqua-consommation-de-lingettes-en-France

Les sociétés qui les commercialisent vantent désormais leur biodégradabilité et la possibilité de les jeter dans les toilettes. Résultat : Elles se retrouvent aujourd’hui dans les égouts au lieu d’être jetées à la poubelle avec les ordures ménagères.

Or ces lingettes ne se dégradent pas rapidement, comme le fait le papier toilette, ce qui cause l’obstruction à grande échelle des branchements de raccordement à l’égout, des réseaux collecteurs des eaux usées  et endommage les équipements des usines de traitement.

Ces blocages endommagent les canalisations d’égouts vieillissantes et construites lorsque les habitants des villes étaient moins nombreux. Les résultats sont des refoulements d’égouts vers les branchements des usagers, des débordements au milieu naturel et des arrêts du système d’assainissement, qui s’accompagnent souvent de réparations coûteuses. C’est le cas à Orléans, où des grilles à 30 000 euros l’unité viennent d’être installées pour faire face aux 220 tonnes de lingettes qui arrivent chaque année dans la station d’épuration.

FluksAqua-lingettes-label-mensonger

Parmi les professionnels de l’eau qui échangent sur le forum d’entraide FluksAqua, le sujet des lingettes est on ne peut plus d’actualité, et chacun a ses méthodes pour venir à bout des dégâts causés : Breizheau et Tonino suggèrent les pompes de type roue N, et Patrick-Té des broyeurs, là où Agua, Nico et Stephane77 recommandent des systèmes DIP. Rienkedelo propose quant à lui une technique maison originale à base de fils barbelé, qui peut convenir pour les petits réseaux.

La nécessité de sensibiliser les citoyens et collectivités au problème des lingettes fait l’unanimité parmi ces professionnels : message sur les factures, informations sur le bulletin municipal, changement des informations sur les paquets de lingettes, communications dans les boites aux lettres ou encore vidéos humoristiques diffusées dans les écoles… les idées ne manquent pas!  

FluksAqua-amas-lingettes

Car ces petits carrés de cotons en apparence anodins peuvent provoquer des dégâts inattendus.

C’est par exemple le cas dans l’agglomération d’Orléans. « Les lingettes représentent 230 tonnes sur les 660 tonnes de déchets collectés dans les réseaux. Il faut que les industriels arrêtent de dire aux gens que c’est biodégradable : ce n’est pas vrai ! Quand on voit les conséquences et le temps pour les équipes, c’est dommage qu’on n’arrive pas à faire diminuer le nombre de celles qui sont jetées dans les toilettes. Car le coût pour déboucher les réseaux encombrés par les lingettes est énorme. Récemment, à Saint-Pryvé, nos agents ont dû intervenir pour éliminer un bouchon sur un poste de relevage. Ils étaient six, sur un week-end ; il leur a fallu 40 heures d’intervention », déplore Christian Thomas, vice-président de l’Agglomération d’Orléans en charge de l’assainissement.

Les bouchons de graisse paralysent les égouts

Les bouchons se produisent parce que les lingettes ramassent du matériel en parcourant le réseau d’égouts, en particulier des graisses et autres détritus. Combinées à ces graisses qui se figent en refroidissant, les lingettes peuvent totalement paralyser les égouts.

Parce que ces bouchons ne font que s’accroître avec le temps, certaines usines de gestion des eaux usées s’équipent de matériel spécial et coûteux, tels des broyeurs, qui aident à détruire ces amas de matières.

Malgré l’utilisation de matériel spécifique, ces bouchons provoquent régulièrement des blocages majeurs, ce qui a par exemple failli paralyser le système d’égouts de Londres en 2013 et en 2014. Le personnel de la Thames Water Authority appelle ce type de bouchons des « fatbergs » (contraction de « fat » (graisse) et « iceberg ») en raison de leur taille et de leur contenu – gras, lingettes et autres articles d’hygiène qui s’agglomèrent pour former de grosses masses qui emplissent les égouts au maximum de leur capacité jusqu’à les boucher totalement.

FluksAqua-morceau-fatberg

En août 2013, un « fatberg » “de la taille d’un autobus” a été trouvé dans les égouts de Londres; Ce gigantesque amas de graisse figée obstruait à 95 % le tuyau d’évacuation de 2,4 mètres de diamètre et pesait près de 15 tonnes ! Un an plus tard, un autre « fatberg » a été trouvé dans un autre quartier de Londres.

Des amas de graisse similaires ont également été trouvés en Australie ainsi que dans les systèmes d’égouts de grands centres urbains ailleurs dans le monde, comme celui d’Est-Anglie, il n’y a pas moins de 10 jours !

Pour les dissoudre, les gestionnaires d’eaux usées font appel à des techniciens armés d’eau très chaude. Il a fallu trois semaines au personnel londonien pour éliminer le « fatberg » de 2013, et une semaine pour celui de 2014. Les coûts d’une telle opération, tant en matériel, logistique qu’en moyens humains, s’élèvent à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

En France, si aucun “fatberg” n’a encore defrayé la chronique, les exploitants connaissent bien l’impact désastreux des lingettes sur les réseaux au quotidien.

Des millions de dollars dépensés pour les brise-bouchons

Avec des coûts de réparation des canalisations d’égouts se chiffrant en millions de dollars – par exemple, la ville de New York a dépensé près de 18 millions en réparations d’équipements liées principalement aux lingettes durant les cinq dernières années –, les dommages causés par les lingettes jetées dans les toilettes sont à la fois coûteux et frustrants.

L’étiquetage sur les paquets de lingettes peut porter à confusion: beaucoup de lingettes sont labellisées “biodégradables”. Dans les faits, elles ne se désintègrent pas si rapidement, voire pas du tout, dans les égouts.

FluksAqua-faites-le-test-des-lingettes

Les observateurs spécialisés soutiennent qu’un meilleur étiquetage empêcherait les utilisateurs de jeter les lingettes dans les toilettes. Costco, par exemple, a commencé à étiqueter ses boîtes de lingettes avec de grands autocollants où on peut lire : « Ne pas jeter dans les toilettes ». Certaines juridictions ont également introduit dans leur législation des amendes à l’encontre des producteurs de lingettes pour assurer un étiquetage efficace.

Législation, poursuites, sensibilisation : tous les moyens sont bons

 

Les litiges constituent une autre façon de traiter le problème des lingettes « jetables ». Aux États-Unis, un service public municipal du Minnesota a déposé une plainte contre six fabricants de lingettes, y compris Kimberly-Clark et Procter & Gamble. Représentant plusieurs villes de Californie, du Colorado, de la Caroline du Nord et du Texas, le recours collectif fédéral réclame un montant de 5 millions de dollars américains en dommages et intérêts, ainsi qu’une décision juridique déclarant que jeter les lingettes dans les toilettes est « dangereux » pour les égouts.

FluksAqua-pas-lingettes-toilettes

Mais les municipalités ne sont pas seules à lancer des poursuites judiciaires pour obtenir des changements concernant les lingettes. Le propriétaire d’une maison dans l’État de New York, en partenariat avec 100 autres propriétaires d’un peu partout aux États-Unis, a également lancé un recours collectif de 5 millions de dollars pour dommages causés par des problèmes de tuyauterie, inondations, égouts bloqués et autres problèmes de fosses septiques.

En France, le ministère de l’écologie et du développement durable répondait ainsi à un sénateur soulevant le problème posé par les lingettes au niveau des réseaux de collecte des eaux usées en décembre 2005 : “Pour pallier les difficultés décrites, les maîtres d’ouvrages et les exploitants de systèmes d’assainissement peuvent s’appuyer sur le décret n° 94/469 du 3 juin 1994 relatif à l’assainissement des eaux usées urbaines puisqu’il stipule, dans son article 22, l’interdiction (avec possibilité de dérogation) d’introduire dans les réseaux d’assainissement des déchets solides (auxquels peuvent être assimilées les lingettes), même après broyage.”

Dix ans plus tard, la situation n’a pas changé et la question, à nouveau soulevée par un sénateur en septembre dernier, attend toujours une réponse du gouvernement.

Certes, des broyeurs de lingettes pourraient être installés dans toutes les usines d’assainissement des eaux usées, mais cette solution serait coûteuse. Au lieu de traiter le problème à la fin du cycle, les gestionnaires d’eaux usées recommandent de l’aborder à la source : lors des étapes de développement et de commercialisation des lingettes. Aux industriels, exploitants et pouvoirs publics revient donc la responsabilité de sensibiliser ensemble les consommateurs à ce désastre écologique, qui a un impact significatif sur les dépenses des régies, bien évidemment répercuté sur les factures d’eau de tout un chacun.

FluksAqua-campagne-de-sensisbilisation

Certaines initiatives en ce sens sont à saluer, comme la campagne de sensibilisation de l’agglomération d’Orléans, ou encore le travail de pédagogie très complet réalisé par Meli Melo.

En attendant, ce simple carré de coton continuera de causer des problèmes, à court et à long terme, au public, aux gestionnaires des eaux usées et à nos systèmes d’eau à l’échelle mondiale. En témoignent les échanges liés à des problèmes provoqués par des lingettes sur FluksAqua, le forum d’entraide entre exploitants eau et assainissement.

Pour en savoir plus :